Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 20:39

La Courneuve, Dimanche 13 janvier 2008










 

Je déambulais, par un beau matin de janvier, dans les vieilles rues de la Courneuve avec Antoine. Le ciel était d’un bleu azur. Je marchais dans une ville qui m’était inconnue et pourtant aux vues de ces vieilles maisons, de ces anciens murs en brique rouge, de ces commerces désuets, des souvenirs de mon enfance me revenaient en mémoire à une vitesse vertigineuse.

Ce moment me semblait intemporel, comme si je traversais les années passées comme on traverse un décor de cinéma, à la fois concernée et distante par ces souvenirs, par ces images qui avaient marqué à jamais ma mémoire et ma vie.

 Dans la ville de mon enfance, tout avait changé, tout était neuf, moderne, propre…..Sans âme.

 Ici, tout était resté en l’état, le temps n’avait fait que passer, mais rien, ni les gens, ni l’architecture, ni les paysages n’avaient bougé. Le temps les avait comme « figés » dans un décor populaire d’après-guerre. À une époque où les classes populaires représentaient encore, pour certains, le devoir de lutter pour vivre…….. Ou survivre.

 C’est parfois la même chose.

Je rentrais chez moi et me mis au travail. Les murs de briques m’avaient marquée. Ils me rappelaient les murs du garage de mon père, lui aussi, aujourd’hui à jamais disparu.

 À travers mes « Variations » je voulus les nommer : « Les murs de mon enfance », mais la légende : « Le temps qui passe », me sembla plus judicieuse.

Je vous les livre aujourd’hui sans nostalgie ni tristesse.

 Le temps passe………….et c’est bien ainsi.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by LIEDOT - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires

db 19/12/2008 23:55

Belle série. pourtant il y a quelque chose qui ne colle pas."Le temps qui passe" ? pour moi, au vu de ces tableaux (tableaux car nous ne sommes plus dans la photo, vous n'utilisez pas de pinceau mais un autre média, c'est tout), donc au vu de ces tableaux, le temps n'est pas passé. Il s'est figé, VOUS l'avez figé. Votre titre reflète une réalité que vous avez constaté lors de votre promenade sur un lieu du passé (le temps qui passe), votre réalisation graphique en est le refus.

eva 31/08/2008 07:29

Bonjour ! OK je te mets sur la communauté journalistes et clubs de presse, bien à toievahttp://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/

Armisse 29/08/2008 23:14

Joli et émouvant